Paradmin1226

Le Label portage salarial sur France Inter dans « On n’arrête pas l’éco »

Ma vie au boulot

Ce samedi, Sandrine Foulon répond à la question de Simon. Cet auditeur veut monter sa propre activité et semble davantage tenté par le portage salarial que par un statut d’indépendant. Mais certaines entreprises pratiquent parfois d’importants prélèvements sur les fiches de paie. Comment s’y retrouver et choisir la bonne société de portage ?

Sandrine Foulon : « Alors Simon vous vous intéressez à une solution qui concerne 88 000 personnes il faut tout de même gagner plus de 2300€ par mois, vous exercez votre activité comme 3,6 Millions d’indépendants, mais la différence c’est que le portage salarial vous permet d’être salarié, ce qui vous assure une bonne couverture sociale comme le droit à l’assurance chômage.

L’entreprise de portage, l’intermédiaire entre vous et les clients gère vos contrats, les factures et les bulletins de salaires. Pour ce service elle prend entre 5 et 10% de frais de gestion sur vos missions, c’est la fourchette classique, et puis il y a le reste, tout ce que la société de portage vous restitue,
dans ce montant disponible Simon, vous avez vos propres cotisations patronales à payer qui ne doivent pas excéder 47% du salaire.

« Si ça dépasse, c’est qu’il y a un loup », dénonce Sylvain Mounier, Président de la Fedep’s, une association de salariés portés, il constate qu’une majorité d’entreprises imputent aux salariés des cotisations patronales, à 53%* par exemple, elles peuvent gonfler la responsabilité civile professionnelle, la cotisation sur la valeur ajoutée ou le versement transport,  »Ce sont des frais cachés », explique Sylvain Mounier, d’autant plus cachés que depuis 3 ans la feuille de paie est simplifiée. »

Mais Sandrine comme fait-on alors pour être sûr que l’entreprise ne gonfle pas les cotisations ?

Sandrine Foulon :  »Alors il faut sortir la calculette pour vérifier que l’entreprise ne ponctionne pas trop de frais, lui demander le cas échéant des explications notamment quand on voit la mention  »Autres contributions patronales »**, mais on peut aussi choisir, c’est un bon début, une société de portage qui a optée pour le Label Zéro frais cachés mis au point par la Fedep’s ».

Sandrine Foulon indique également que le PEPS, la fédération patronale des entreprises du portage, a indiqué dans un e mail qu’elle a pu consulter, que l’obtention du Label Zéro frais cachés… n’est  »déontologiquement pas compatible »… avec l’adhésion au syndicat ! Si cette affirmation est exacte, ce serait un comble de la part de cette organisation. En effet, l’intérêt pour tous les acteurs éthiques est de mettre fin à ces pratiques ! On peut s’interroger du coup sur les pratiques des principales sociétés adhérentes…

Le Label zéro frais cachés est le seul Label indépendant, décerné suite à un audit financier,  permettant de garantir l’absence de frais cachés d’une société de portage.

* les charges patronales doivent être autour de 44% et 47%. Ce n’est pas le seul critère à vérifier, le cout de la fiche de paie doit être imputée dans le compte de porté au montant exact, sans  »coefficient » permettant d’y glisser des frais.
** La ligne  »Autres contributions due par l’employeur » est légale. Mais elle peut cacher des fausses cotisations patronales, qui peuvent être également glissées dans une ligne  »Cotis. Statutaires ou conventionn. »

Ecouter l’émission en Replay sur le site de France Inter :
Ma vie au Boulot de Sandrine Foulon, dans  »On n’arrête pas l’éco », à partir de 43:20 dans le Replay.
https://www.franceinter.fr/emissions/on-n-arrete-pas-l-eco/on-n-arrete-pas-l-eco-22-mai-2021

Contactez-nous pour plus d’information sur le Label Zéro Frais cachés.

1 commentaire pour l’instant

WaiHungPublié le10:06 - Juin 17, 2021

Très bon article qui me permettra de mieux comprendre l’offre et comment bien choisir la société de Portage salarial qui me conviendra.